4 tagged articles 14 janvier 1986

Crash de Dropped ; L'accident qui en rappelle un autre 11/03/2015

Crash de Dropped ; L'accident qui en rappelle un autre

Le crash survenu lundi en Argentine rappelle l'accident survenu en 1986 lors du Paris-Dakar, avec la disparition de Daniel Balavoine et Thierry Sabine.

« Quand j'ai vu l'info, ce matin vers 8 heures, j'ai eu un flash, raconte Yann Bessoule, journaliste à Ouest-France. Et je suis brutalement revenu trente ans en arrière. » 
Impossible de ne pas y penser. L'annonce du crash d'hélicoptère survenu en Argentine, avec la mort de dix personnes, dont trois sportifs réputés - Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine –, a tristement et immanquablement rappelé celui survenu en marge du Paris-Dakar 1986, entraînant la disparition du chanteur Daniel Balavoine et de l'organisateur de l'épreuve, Thierry Sabine.
 
L'appareil tente de suivre les feux arrière d'un 4x4
« A l'époque, je dirigeais le Centre de presse du Paris-Dakar, au Palais des Sports à Paris, raconte Yann. On était une petite équipe en charge de faire circuler l'info, de produire des textes, de donner les classements. »
Au soir du 14 janvier 1986, la 8e édition du célèbre en est à son 14e jour de course, au Mali. Dans l'obscurité, l'hélicoptère blanc de l'organisation, un AS350 Ecureuil  survole le désert.
Suite à plusieurs contretemps et à des changements de passagers (Patrick Poivre-d'Arvor aurait ainsi pu se trouver à bord, laissant sa place à une consoeur Nathaly Odent du Journal du Dimanche), l'appareil se pose deux fois, redécolle, tente de suivre les feux arrière d'un 4x4 qui lui ouvre la route. Et s'écrase sur une dune à cinq minutes du bivouac ...

« Je suis réveillé par un coup de téléphone »
« Cette nuit-là, poursuit Yann, j'avais terminé tard, vers 2-3 heures du matin. A 6h30, je suis réveillé par un coup de téléphone. C'est Annie, qui travaillait avec moi. "Il y a eu un accident d'hélico", me dit-elle. Un silence. "Il y a cinq morts, dont Thierry Sabine et Daniel Balavoine". Autrement dit, l'organisateur du rallye et l'un des chanteurs les plus médiatiques en France ».
« J'ai filé au Centre de presse, poursuit Yann. Et vers 8 heures, devant une foule de journalistes, j'ai officiellement annoncé le drame ».

Et les noms des cinq victimes : outre Daniel Balavoine et Thierry Sabine, donc, le pilote de l'hélico François-Xavier Bagnoud, la journaliste du Journal du dimanche Nathalie Odent et le technicien radio de RTL Jean-Paul Le Fur.
« Le retentissement a tout de suite été énorme, l'émotion, colossale. A l'époque, Thierry Sabine était très médiatisé, controversé, aussi – le Paris-Dakar, qui faisait l'objet d'émissions spéciales, de reportages, avait aussi des détracteurs. Et Daniel Balavoine était un chanteur en pleine ascension, qui plus est engagé politiquement, militant. » 

« La polémique commençait déjà à enfler »
Cette année-là, le chanteur ne participait pas à la course (il avait concouru lors des éditions 1983 et 1985), mais s'occupait de l'action humanitaire « Paris du c½ur » qui visait à installer des pompes à eau hydrauliques dans des villages africains en profitant de la logistique du rallye.
« Le lendemain soir, avec deux ou trois personnes de la société Thierry Sabine Organisation, nous avons été invités à l'émission de fin de journée d'Elkabach, sur Europe 1. Et la polémique commençait déjà à enfler. Qui était responsable ? La sécurité était-elle bien assurée ? L'hélicoptère était-il en état de voler ? Quoi qu'il en soit l'émotion était encore présente. Et Elkabach m'a même appelé Yvan Boussole ». 

Tags : Crash - Dropped - Accident - Florence Arthaud - Yann Bessoule - Patrick Poivre-d’Arvor - François-Xavier Bagnoud - Nathalie Odent - Jean-Paul Le Fur - Argentine - Collision - Hélicoptère - Péri - Camille Muffat - Alexis Vastine - Inexplicable - Difficile - Expliquer - Télé réalité - Télé-réalité - Flash - Brutalement - immanquablement - tristement - Rappel - Paris-Dakar 1986 - 14 janvier 1986 - Janvier 1986 - Paris-Dakar - Daniel Balavoine - Thierry Sabine - Paris du c½ur - Suivre - feux arrière - 4x4 - AS350 Ecureuil - Survivant - Mali - cinq morts - Mort - Passagers - passager - Patrick Poivre d'Arvor - Argentina - Helicopter - Died - difficult - to Explain - Reality TV - Brutally - inevitably - sadly - Reminder - Abseiling - to To follow - rear lights - AS350 squirrel - Survivor - five deaths - Death - Dead man Passengers - passenger - In January 14th - 1986 - January

« Je me suis retrouvé chez lui, avec T.Sabine, sa femme Suzanne, Daniel, son épouse "l'Aziza" et leur bébé » (Roger Kalmanovitz) 18/02/2015

« Je me suis retrouvé chez lui, avec T.Sabine, sa femme Suzanne, Daniel, son épouse "l'Aziza" et leur bébé » (Roger Kalmanovitz)
 
Le repos éternel de nos morts mérite le respect de notre ville (San Juan, 2011) - Voir Photo
 
Sabine, Balavoine... Au fil des ans, leur empreinte s'efface dans le sable mouvant. Tous les cris, les SOS n'y changent rien. Il n'y a plus grand monde aujourd'hui sur le rallye à avoir connu l'époque dorée de l'épreuve dans les années 80 et jouer les Vendeurs de larmes. Au sein du staff d'ASO, l'organisateur du Dakar, il n'en reste même qu'un pour faire le trait d'union entre les âges et les continents et entendre encore clairement les SOS d'un terrien en détresse ou Ne me laisse pas m'en aller:
 
Roger Kalmanovitz, 68 ans, l'homme de l'ombre et des missions délicates depuis 33 ans. "Pour moi, le Dakar a écrit trois livres, m'expliquait-il. Le premier, jusqu'en 1986, s'intitule Thierry Sabine. Le second Gilbert Sabine (NDLR: son père), ASO et la continuité. Le troisième s'appelle l'Amérique du Sud." Loin de l'Afrique, loin des yeux de l'Occident, loin du coeur... Où l'on vient capter des ondes venues d'un autre monde. "C'est vrai qu'en Argentine et au Chili ce n'est plus pareil. Il y a pourtant quelque chose de Thierry Sabine dans ce Dakar, poursuit Kalmanovitz.
 
En juin 1985, à la Porte de Versailles, devant la presse et des invités, il présentait son projet de Transaméricaine. C'est à dire qu'il avait déjà jeté les bases d'un Dakar en Amérique du Sud." Ces petits riens qui n'en sont pas. Kalmanovitz garde de Balavoine le souvenir de son 33e anniversaire, le 5 février 1985. "Il m'avait fait l'honneur de m'inviter et je pensais passer la soirée dans une boîte de nuit pleine de people, se souvient-il. Finalement, je me suis retrouvé chez lui, avec Thierry Sabine, sa femme Suzanne, Daniel, son épouse "l'Aziza" et leur bébé. Tout simplement. C'était un grand moment." Mais que restera-t-il des disparus du 14 janvier 1986 dans cinq ans ? Sans doute quelque chose entre la porte est close et c'est fini...
 
MÉMOIRE DE ROGER KALMANOVITZ :
Roger Kalmanovitz y a tout fait, de la logistique au chronométrage, en passant par le ravitaillement en carburant. Et s'est vite spécialisé, comme assureur, sur la sécurité en organisant le dispositif médical. «1983 fut un tournant dans ma vie. Thierry Sabine m'a confié la négociation des contacts africains. Je suis tombé amoureux de l'Afrique. J'ai rencontré Sékou Touré, des personnages immenses, quelles que soient leur ethnie, idéologie voire leur absence de démocratie
Quand Thierry Sabine meurt, en 1986, son père, Gilbert, reconduit Roger Kalmanovitz dans ses fonctions. Jean-Claude Killy, président d'ASO, aussi, avec chaque fois plus d'attributions. «Je partage le bureau d'Auriol à Issy-les-Moulineaux. Je suis consultant pour l'ensemble du groupe. Jean-Marie Leblanc m'a confié les démarches pour le Tour du Faso ou celui du Qatar. ASO fait aussi dans le golf. Si je rencontre André Azoulay, consultant du roi, pour le Dakar, je peux lui parler aussi des projets du groupe dans le golf au Maroc
Roger Kalmanovitz ne sait pas pourquoi le Dakar marche encore : «Cela ne fait plus rêver.» A moins que les dangers géopolitiques qui ont rendu l'Afrique moins ouverte depuis dix ans n'aient aidé à renouer avec l'aventure. Risque d'attentats du GIA algérien comme en 2000, guérilla touarègue ou conflit sahraoui, ces données ont bouleversé les parcours, obligeant à un pont aérien en 2000. «En 1991, au nord du Mali, on a eu un concurrent mort par balle. Le Quai d'Orsay s'est intéressé de plus près au Dakar. On bénéficie désormais de leurs analyses

Tags : Sabine - Daniel Balavoine - Tous les cris - les SOS - rallye - les années 80 - Vendeurs de larmes - d'ASO - ASO - SOS d'un terrien en détresse - Ne me laisse pas m'en aller - Roger Kalmanovitz - Kalmanovitz - 1986 - Thierry Sabine - Gilbert Sabine - l'Amérique du Sud - loin des yeux de l'Occident - Dakar - argentine - chili - Porte de Versailles - Transaméricaine - Ces petits riens - Balavoine - 5 février 1985 - l'Aziza - 14 janvier 1986 - la porte est close - c'est fini - Jean-Claude Killy - Auriol - André Azoulay - Jean-Marie Leblanc - GIA algérien - touarègue - sahraoui - nord du Mali - concurrent mort par balle - mort par balle - Quai d'Orsay

Ça fait longtemps que t'es partie, Maintenant 05/02/2015


( Merci à Patrick COMMECY - SARL A.FRESCO  &  Anne Sophie de Paradis Blanc pour leur aimable Autorisation) 
 
Extrait des paroles de « Mon fils ma bataille ». Chanson écrite, composée et interprétée par Daniel Balavoine pour l'album Un autre monde en 1980. Il y a 29 ans Disparaissait Balavoine. Il aurait eu ce 5 Février 2015, 63 ans (5 février 1952, Alençon – 14 janvier 1986, Gourma-Rharous, Mali)
 
Pour l'anniversaire de sa disparition & de naissance. Plusieurs internautes ont choisie de lui rendre hommage sur le site Paradis Blanc. En voici quelque témoignage récent est ancien:
 
Hommage de Castaneda Marie Jose : « aujourd'hui c'est l'anniversaire de ma fille le même jour que toi...elle à 33ans le même Age que tu et partie une pensée pour toi et pour mon mari qui rejoint le 3 janvier 2013 milles baissés » Posté le 14 janv. 2015 
 
Hommage de Marie-claire Doisy : « bonjour Daniel, nous sommes de la même classe 52, aujourd'hui mon fils t'a rejoint, j'espère que tu lui chante pour moi (mon fils ma bataille), lui il avait 35 ans et il a laissé trois enfants, j'aurai tant aime de voir sur scène mais je n'en ai pas eu l'occasion, j'espère que dans votre paradis blanc vous avez trouvé toi et mon fils vous avez trouvé la paix. » Posté le 5 oct. 2014
 
Hommage de Christelle Le Goffic « J'adore ta chanson tous les cris les S.O.S c ma préférer tu es mon chanteur préférer » Posté le 5 fév. 2014
 
Photo ci-dessus représentent un Fresque de Daniel Balavoine. Plus de 300 portraits on était réalisé sur le 
Site A FRESCO : http://www.a-fresco.com/
Site Paradis Blanc : http://www.paradisblanc.com/
accès direct au portrait de Balavoinehttp://www.paradisblanc.com/daniel-balavoine

Tags : Mon fils ma bataille - Daniel Balavoine - Un autre monde - Il y a 29 ans - Disparaissait - Il aurait eu - 5 Février 2015 - Alençon - 14 janvier 1986 - Gourma-Rharous - Mali - anniversaire - disparition - Paradis Blanc - 63 ans - A FRESCO - A.FRESCO

"Il ne supportait pas l'idolâtrie, les fans clubs. (...) Il en avait ras-le-bol à la fin de sa vie" (Claire Balavoine) 23/10/2014

(Photo Claire Balavoine extraite du documentaire "Mon Frère, Ma Bataille" en 2009)
 
Nulle révélation salace ou côté obscur. Claire Balavoine, qui a publié se mois d'octobre 2014 un ouvrage entièrement consacré à son célèbre frère (Daniel Balavoine, éd. Flammarion), le chanteur Daniel Balavoine, en dresse, au contraire, un portrait humain et tolérant totalement en phase avec le souvenir laissé par la star.

Son unique mariage
Daniel était un jeune homme sensible qui a, un temps, envisagé la prêtrise avant de bifurquer vers la musique. Claire Balavoine raconte notamment l'histoire de l'unique mariage de son frère au début des années 70. Daniel rencontre Dominique, une jolie Polonaise qu'il épouse contre l'avis de sa mère. Mais le mariage bat vite de l'aile. Dominique voulait une "plus grande stabilité financière" Daniel Balavoine - qui peine alors à percer dans la musique - accepte un boulot de vendeur de disques. "Il s'étiole, dépérit. Le divorce devient inéluctable. Daniel ne se remariera pas."

Marre
Claire révèle que Daniel, reversait, sans jamais en faire la publicité, une partie de la recette de ses concerts à des associations. Mais chanteur comblé, artiste adulé, Daniel Balavoine souffrait pourtant de sa célébrité. Claire explique : "il ne supportait pas l'idolâtrie, les fans clubs. (...) Il en avait ras-le-bol à la fin de sa vie (et) évoquait même la possibilité de cesser de chanter, de passer à autre chose." A l'image de ce qu'il chante dans l'un de ses plus grands tubes, "Le chanteur"... Mais il n'en aura pas le temps.

Le jour de sa mort
Daniel Balavoine s'est tué le 14 janvier 1986 dans un crash d'hélicoptère sur le Paris-Dakar. Claire apprend l'affreuse nouvelle de la bouche même de leur mère. Elle explique à notre confrère Gala qu'incapable de croire à l'info, pourtant livrée de première main, elle a allumé la radio : "Je n'arrivais pas y croire, le journaliste était en larmes en annonçant sa mort (...) Maman hurlait de douleur. Elle voulait que je lui trouve du bois et une hache. Elle voulait fendre des bûches (...) évacuer sa souffrance. Puis on a accepté l'impensable : c'était son heure. Daniel devait partir ainsi."

Le combat continue
Claire raconte par la suite son combat pour faire vivre l'association Daniel Balavoine visant à installer des pompes à eau au Sahel occidental. Une oeuvre aujourd'hui menacée : "La situation politique actuelle dans cette zone (...) ne nous permet plus d'y aller. C'est trop dangereux (...) j'envisage, peut-être, d'arrêter l'association et de continuer le combat autrement."

Tags : Claire Balavoine - obscur - Daniel Balavoine - mariage - supportait pas - supporte pas - l'idolâtrie - les Fans clubs - ras-le-bol - fin de sa vie - le chanteur - tué - 14 janvier 1986 - Dakar - radio - hurlait - douleur - souffrance - pompes à eau - menacé - dangereux