4 tagged articles rotor

La stèle des occupants du Paris Dakar détruit par des Salafistes 15/11/2014

La stèle des occupants du Paris Dakar détruit par des Salafistes
 
Plusieurs blogueur se sont manifesté sur le site entre Juin et Juillet 2014 afin de témoigné ou d'évoqué la stèle souvenir de Gourma-Rharous qui fut poser en mémoire de Thierry Sabine particulièrement et de Daniel Balavoine, Nathalie Odent, Jean-Paul Le Fur, François Xavier Bagnoud disparus sur ces lieu en 1986. Certain commentaires laisse froid dans le dos, lisez par vous-même !
 
Le 16/06/2014
Depuis le passage des Salafistes, il doit y avoir deux ans, il y a plus rien. Ce n'est pas qu'ils n'aiment pas les morts, mais un monument, surtout de culture occidentale, est assimilé à de l'idolâterie, donc le tout fut explosé à explosif, et reste rasé au buldozzer.Cousin de Gourna me l'a dit.
 
Le 18/06/2014
Une partie de ma famille est du village de Kussé-Kindal, non loin de l'accident. Ayant des nouvelles, on m'a dit qu'il n'y a plus rien. Les salafistes ont tout détruit. Ça laisse place à une grande plaine. Pour l'accident, on raconte sur place que le rotor a heurté un arbre. Perdant l'équilibre, et tournant sur lui-même pendant 3 tours rapides, il a ensuite heurté par rotor une dune, pour avancer et faire "broum!" grand bruit sec. Sinon, l'endroit était très calme à l'époque. Pas de complot en vue. En plus, il y avait un défilé de voitures du rallye, peut-être les 30 dernières, dont certaines n'ont rien vues, ni entendues, à part les voitures en face de l'hélico, et les 3 derrières. (Mustapha G.)
 
Le 02/07/2014 
Le lieu est trouvable par GPS, et de plus, il est connu des gens du coin. Au Mali, un cimetière ne se visite pas, et on situe la tombe là où la mort est arrivée. L'esprit marque de son empreinte le lieu, il y a des croyances locales. C'est comme les accidentés de la route, et les histoires de dames blanches, les lieux sont fleuris. Moi j'y crois à ça, le mort est là où il est mort, du moins, pour un moment. En islam des origines et Mali, pas de monument, pas de statue, l'endroit doit être libre. Souvent, certains posent une petite pierre, par respect pour le ou les défunt(s). C'est plus joli, plus poétique qu'une dalle en béton armé. Au Mali, quand on parle d'un mort, on ne va pas au cimetière. On parle de la vie et du défunt comme si il n'était pas loin. Daniel est à Gourna; c'est plutôt spirituel. (Boubakar)

Le 04/07/2014
la stéle à été enlevée car elle n'était pas conforme à la religion. Salaf = ce qui est vrai, des origines. la vérité. Une stéle est offense à la religion, car c'est adorer chaytan (satan), il n'y a qu'un lieu ou prier : mosquée. le reste, c'est tout juste bon à être détruit. (Ahmed)
 
Le 05/07/2014
Balamed ne comprend décidément rien : pour les salafistes, il ne faut pas de lucre, pas de décoration, pas de stéle, car c'est assimillé à se détrourner de Allah le tout puissant et être idolâtre. c'est valable pour d'autres musulmans, dont les chaféites. c'est pas qu'ils ont quelque chose contre les 5, c'est juste qu'il faut respecter la religion et croyances. Non, je ne suis pas salafiste...Pfff !!! (Ahmed) 

Article similaire : 
Gourma-Rharous ; Lieu de L'accident, 25 Ans Aprés.
Daniel Coupy à Gourma-Rharous sur les Lieux de L'accident : "L'ensemble des pièces de l'hélico avaient été pillées"

Tags : Gao - Burkina Faso - Salafiste - Stèle - détruit - Thierry Sabine - Daniel Balavoine - doctrine - mort - occidental - monument - rasé - accident - Paris Dakar - Dakar - Hélicoptère - 1986 - arbre - rotor - Mali - jihad - Nathalie Odent - Jean-Paul Le Fur - François Xavier Bagnoud

Daniel Coupy à Gourma-Rharous sur les Lieux de L'accident : "L'ensemble des pièces de l'hélico avaient été pillées" (Partie 1/3) 15/06/2014

En Février 2013 pour le Blog BALAMED. Daniel Coupy nous évoqué sont voyage dans les plaines d'Afrique en 2003. Notamment à Gourma-Rhaous. Lieu de l'accident d'hélicoptère qui coûta la vie à Daniel Balavoine,Thierry Sabine, Nathalie Oden, François-Xavier Bagnoud et Jean-Paul le Fur.
 
Lisez par vous même...

"Je suis passé sur les lieux 15 ans après le drame. Les anciens expliquaient qu'il y avait un fort vent de sable qui réduisait la visibilité. L'ensemble des pièces de l'hélico avaient été pillées, seul l'axe du rotor et des bouts de pales attestaient le drame. Je crains qu'aujourd hui les salafistes aient encore plus détruit ce lieu de mémoire occidentale
 
J'ai retrouvé les photos prises l'été 2003 à Gourma Rharous, Je travaillait pour un agence de raids 4x4, à la découverte d'un itinéraire reliant Tunis à Dakar .Après avoir galéré toute une après-midi dans un marécage au sud  du fleuve Niger, le lendemain le 4 Aout nous avons cherché un bac sur le Niger ;
Les jeunes que nous avons rencontrés sur la piste nous ont proposé de nous mener sur les lieux du crash de l'hélico du Paris Dakar qui n'était pas du tout signalé."

Fin de la Première Partie. (A suivre)

Tags : Daniel Coupy - Gourma-Rhaous - Afrique - Hélicoptère - Accident - Drame - vent - sable - visibilité - hélico - pillées - axe - rotor - marécage - fleuve - niger - jeunes - crash - paris dakar - terrain - arbuste - Daniel Balavoine - Thierryu Sabine - Nathalie Oden - François-Xavier Bagnoud - Jean-Paul le Fur

Daniel Coupy à Gourma-Rharous sur les Lieux de L'accident : " Nous attendions à trouver des dunes, et ce n’était qu’un terrain plat " (Partie 2/3) 15/06/2014

"Nous attendions à trouver des dunes, et ce n'était qu'un terrain plat avec quelques arbustes.
Comme on le voit sur les photos tous les morceaux de l'hélico avaient été prélevés pour être refondus en marmite ou façonnés en ustensiles divers ou bijoux.
L'endroit est émouvant  et le léger vent chaud qui nous entourait apportait son côté mystérieux, comme si la nature nous montrait qu'elle avait repris le dessus sur les hommes venus d'ailleurs. Après avoir passé un long moment à chercher, à imaginer ce qui avait pu se passer ce 14 janvier, nous sommes repartis tout émus vers une case au bord du fleuve pour déjeuner J'ai relaté ce passage de mon voyage dans un récit  paru l'an dernier."
 
A Savoir : Le récit qu'évoque Daniel Coupy s'intitule « Sur la piste de l'Amenokal » Préface d'Etienne de Monpezat.
 
En voici un extrait lié à la préface :
 
En Afrique le risque est encore là, entier, incertain mais sûr, à tous les coins des pistes. Chaque jour est un combat, il y faut de l'endurance, de la patience et de la confiance. Et aussi, il faut le répéter, le goût du risque perdu. Il y faut enfin de l'imagination à revendre, quand personne n'est là pour acheter, ça s'appelle la Débrouille ! On est bien loin des rêves aseptisés des « Croisières de rêve ». Daniel Coupy nous rappelle que le goût salé de l'aventure retrouvée nécessite qu'on la vive heure par heure, ou qu'on ne la vive pas. Les rêves impossibles ne sont-ils pas les seuls qui vaillent ? Les vrais, ceux-là dont nous aurons désormais la nostalgie, puisqu'ils n'existent déjà plus dans un monde où les flammes un peu partout s'éteignent.   
Approchant l'âge de la retraite, mais point résolu à rompre avec une vie intense et sa passion des véhicules tous terrains, Daniel COUPY se met au service d'une agence de voyages spécialisée dans les raids motos et 4x4 en Afrique du Nord. Familier des pistes du Maghreb et de la Turquie, il relève le défi de se lancer à la découverte d'un nouvel itinéraire traversant l'immense désert du Ténéré et les zones humides du  sahel reliant Tunis à Bamako.  En compagnie de ses acolytes, deux aventuriers aguerris, il parcourt en un mois  un itinéraire ponctué jour après jours de tribulations les plus diverses. A son retour il confiera à ses proches « j'ai vécu une galère par jour, dorénavant je ne crains plus rien en voyage »  
 
Fin de la deuxième partie (A suivre)

Tags : Daniel Coupy - Gourma-Rhaous - Afrique - Hélicoptère - Accident - Drame - vent - sable - visibilité - hélico - pillées - axe - rotor - marécage - fleuve - niger - jeunes - crash - paris dakar - terrain - arbuste - Daniel Balavoine - Thierryu Sabine - Nathalie Oden - François-Xavier Bagnoud - Jean-Paul le Fur - dune - dunes - morceaux - bijoux - 14 janvier - voyage - bamako - sahel - tunis - malgreb - turquie - Sur la piste de l’Amenokal

Daniel Coupy à Gourma-Rharous sur les Lieux de L'accident : " Je me souviens parfaitement de ce 14 janvier, un député était venu solennellement annoncer la nouvelle à la cantonade" (Partie 3/3) 15/06/2014

Lundi 4 août 2003. Je propose que nous revenions en arrière pour reprendre le road-book à partir d'un point de passage situé à l'entrée de la mare. Ce matin nous allons la contourner pour éviter le piège de la veille.
Gerry veut rattraper le temps perdu et met les gaz. Le 4x4 bondit de bosse en bosse. Le châssis gémit, les amortisseurs talonnent de plus en plus. La piste devient roulante, c'est essentiellement du sable au relief doux et sans dunes. Nous sommes dans le lit majeur du Niger, les tamaris et les acacias rompent la monotonie du paysage.
 
La piste débouche sur un village qui s'allonge tout le long du fleuve. C'est Gourma Rarous. Nous allons saluer les gendarmes, leur demander où nous pouvons traverser le Niger. Ils m'indiquent ou se trouve la case du bacquier que nous devrons prévenir quand nous serons décidés.
En attendant nous allons déjeuner chez un pêcheur qui nous propose du poulet. Il n'a pas de poisson mais nous offre des bières pendant qu'il prépare le repas.
 
Nous réalisons vite qu'il court après sa volaille et qu'il n'est pas près de la faire cuire. Pour nous faire patienter un de ses amis nous invite à aller voir l'endroit où l'hélicoptère de Thierry Sabine s'est écrasé.
Nous n'étions pas passés loin. La présence du guide s'avère utile pour découvrir l'endroit où a été érigé un monument à la mémoire du créateur du Paris-Dakar disparu tragiquement, lors du crash de l'hélicoptère avec le chanteur Daniel Balavoine, une journaliste, le pilote, le technicien radio, le 14 Janvier 1986.
Le rotor est planté dans un petit bassin sommairement maçonné rempli de sable. Il reste encore des morceaux de pale. En fibre de verre, ils ont été épargnés, étant d'aucune utilité pour les forgerons locaux.
L'endroit est bien dégagé, au cours d'une tempête de sable qui sévissait ce jour-là, le pilote, en approche de l'aérodrome occasionnel de Gourma Rhaous, a plongé trop tôt et a percuté le sol.
 
Je reste un moment songeur devant ce monument. Je me souviens parfaitement de ce 14 janvier, j'attendais un ami dans le hall de l'Assemblée Nationale et un député était venu solennellement annoncer la nouvelle à la cantonade. Nous revenons au restaurant où le poulet est enfin servi, en sauce accompagné de riz. Le patron est volubile, les voyageurs se font rares.


FIN

Tags : Daniel Coupy - Gourma-Rhaous - Afrique - Hélicoptère - Accident - Drame - vent - sable - visibilité - hélico - pillées - axe - rotor - marécage - fleuve - niger - jeunes - crash - paris Dakar - terrain - arbuste - Daniel Balavoine - Thierry Sabine - Nathalie Oden - François-Xavier Bagnoud - Jean-Paul le Fur - dune - dunes - morceaux - bijoux - 14 janvier - voyage - bamako - sahel - Tunis - malgreb - Turquie - Sur la piste de l’Amenokal - débris - pilote - l’Assemblée Nationale - Assemblée Nationale - député - nouvelles - percuté - sol - aérodrome - technicien - radio - chanteur - écrasé - tôt - forgerons - locaux - 4X4