2 tagged articles Party

La réponse de Balavoine à la montée du Front National 07/10/2016

La réponse de Balavoine à la montée du Front National
 
The answer of Balavoine to the rise of the National Front.
 
L'aziza - Issue de son dernier album, la célèbre chanson de l'interprète de Mon fils, ma bataille fut écrite en réponse aux idées véhiculées par le parti présidé par Jean-Marie Le Pen à la veille des élections de 1986.
La montée du vote extrême droite délie les langues, et l'on se réjouit quand ce sont celles des artistes. Depuis ses débuts, le grand vainqueur des dernières élections régionales est combattu à grand renfort de chansons.
Il y a eu Fils de France écrite par Damien Saez en quelques heures au soir du 21 avril 2002, Elle est facho chantée par Renaud à la veille des présidentielles de 2007, et, dernière en date, Le Vol Noir de Benjamin Biolay après le scrutin européen de 2014.
 
Le phénomène n'est pas nouveau. Il y a 30 ans, Daniel Balavoine laissait éclater sa révolte en musique, avec un titre désormais inscrit au panthéon de la variété française.
Nous sommes en 1985, sous la présidence socialiste de François Mitterrand. Appliquant l'une de ses 101 propositions de campagne, le chef de l'État en exercice promet un vote à la proportionnelle intégrale pour les législatives de 1986. Ces élections profitent largement au Front national. Heurté par le climat politique ambiant et l'avènement progressif du parti de Jean-Marie Le Pen, l'artiste familier des coups d'éclats médiatiques prend la plume durant l'été 1985 en Écosse pour écrire ce qui sera l'un de ses derniers et plus grands succès. L'Aziza sort dans les bacs le 14 octobre 1985. Premier extrait de l'album Sauver l'amour, le single s'apprête à gravir les échelons du Top 50.
 
Un hymne à la diversité primé par SOS Racisme
Pour l'adolescent qui se rêvait député, la scène musicale est devenu un terrain idéal pour participer au débat politique. Plus qu'une chanson protestataire, ce titre se veut un hymne à la diversité. Didier Varrod, biographe de Daniel Balavoine, évoquera «un cri spontané», qui lui vaut d'ailleurs de recevoir le prix de la chanson anti-raciste des mains d'Harlem Désir. Pourtant, le chanteur disque d'or se défend de vouloir verser dans la caricature ou tancer les opposants de SOS Racisme. C'est lui qui déclare à Numéros 1, lors de la Fête des potes, «Moi, je ne suis pas contre Le Pen. Moi, je suis pour les Arabes. Ce n'est pas pareil!». Dans une interview à Paris Match, l'auteur-compositeur déclare préférer célébrer «la beauté des races, leur différence». Pour simple réponse à ceux qui stigmatisent les étrangers, Daniel Balavoine signe un texte contre les préjugés racistes et pour le respect des cultures. «Laisse glisser les mauvais regards, qui pèsent sur toi», chante Daniel Balavoine à la «petite brune enroulée d'un drap».
 
Sa femme, sa bataille
Avec L'Azizala chose la plus chère» en langue arabe-, le chanteur à la voix de cristal s'adresse aussi à sa compagne Corinne. Ce que relate Fabien Lecoeuvre dans Balavoine, la véritable histoire : «Je vis avec une femme qui est juive marocaine. Aussi lorsque j'entends certaines personnes dire qu'il faut foutre dehors les immigrés, j'ai peur qu'on me l'enlève».
Militant et engagé, Daniel Balavoine l'a été à la scène comme à la ville. C'est au cours d'une mission humanitaire «Paris du c½ur» au Mali qu'il trouve la mort le 14 janvier 1986 dans un accident d'hélicoptère. Quinze jours après sa disparition, son tube L'Aziza ravit la première place du Top 50 pour y demeurer huit semaines consécutives.

Tags : Balavoine - Front national - racisme - Mitterand - SOS racisme - 1986 - Hymne - Fête des potes - L’Aziza - Bataille - National Front - racism - ANTI-RACIST ORGANIZATION - on 1986 - Hymn - Party - Holiday - of the buddies - The Aziza - Battle - Jean-Marie Le Pen - François Mitterrand - arabes - Didier Varrod - Fabien Lecoeuvre

« Au bout de cinq ans, il m'a regardée et m’a dit : Je ne reviendrai plus à la maison » Linda Lecomte 13/10/2015

(Photo & Montage : Balamed extraite du magazine France Dimanche N° 3054 du 19 décembre 2014)
 
« Au bout de cinq ans, il m'a regardée et m'a dit : Je ne reviendrai plus à la maison » Linda Lecomte
" After five years, he looked at me and said, I will return home" Linda Lecomte

Dans les années 70 Daniel Balavoine partageait son temps entre sa carrière en France et son histoire d'amour Belge avec Linda Lecomte, une habitante de Jemappes. Et quand on lui parlait de la cité du Doudou, le chanteur était le premier à préciser: J'habite Mons ”. 

Linda Lecomte se souvient: Il a passé de longs moments ici, au point de se faire beaucoup d'amis. Quand il était à Jemappes, il n'était pas question de sorties ou de virées dans des endroits branchés, ce qu'il appréciait c'était les dîners. Une bonne bouffe entre amis, il adorait ça ”, nous explique-t-elle. Mais qu'est-ce qui a ainsi pu retenir un tel artiste au c½ur du Borinage? L'amour bien sûr! Un petit brin de femme, programmatrice à la RTBF à l'époque, boulimique de musique et doté d'un répondant que seul celui de Balavoine égalait! On se ressemblait, avoue-t-elle.
 
Pourtant, leur rencontre n'avait pas été une grande réussite. Quand j'ai entendu son disque, alors qu'il n'était pas connu, j'avais tout fait pour qu'il vienne et qu'il participe à l'émission de Patrick Duhamel. Après l'émission, je suis allée lui dire que je trouvais qu'il avait un talent immense. Il m'a répondu: 'ah oui? Et bien je m'en fous'”, raconte Linda Lecomte. En fait, le chanteur n'avait pas voulu être désagréable, il croyait simplement que la programmatrice se moquait de lui...
 
Pris de regrets, les jours qui ont suivi, Balavoine a tout fait pour obtenir le numéro et le pardon de LindaIl m'a appelé tous les jours, il voulait que je dîne avec lui mais j'ai toujours refusé. Je lui ai dit que si je devais vivre avec quelqu'un, ce serait avec un musicien et pas un chanteur ”, lance la Jemappienne. Elle finit par céder, et le dîner de réconciliation donne naissance à une véritable histoire d'amour.  Il a été l'homme de ma vie , précise LindaIl a longtemps insisté pour que j'aille le rejoindre en France, mais j'aimais trop mon village pour partir. Ce n'est qu'après avoir été victime d'une importante agression un jour de Doudou,
à Mons, que j'ai choisi de partir avec lui. Là-bas j'ai rencontré de grands artistes, j'ai Écrit des chansons, mais je ne me sentais pas chez moi en France ”, dit-elle.
 
A SAVOIR :
 - Quatrième album a pour titre Face amour / Face amère qui paraît en Octobre 1979
Dans ce disque on trouve le titre : Love Linda, dédié à sa compagne de l'époque Linda Lecomte
 
En 1982, Catherine Ferry sort chez WEA le titre Bonjour, Bonjour sur des paroles de Linda Lecomte
 
En 1984, sort l'album "Vivre avec la musique" de Catherine Ferry, réalisé par d'Andy Scott, sur une musique et parole de Daniel Balavoine, Linda Lecomte Contribuera à celle-ci
 
Nous avons déjà évoqué Linda Lecomte sur l'article du 6 Février 2011. (Voir le lien ci-dessous) :

Il m'a appelé tous les jours, il voulait que je dîne avec lui mais j'ai toujours refusé. (Linda Lecomte) : http://balamed.skyrock.mobi/2975050701-Il-m-a-appele-tous-les-jours-il-voulait-que-je-dine-avec-lui-mais-j-ai.html

Tags : Daniel Balavoine - Linda Lecomte - Parti - Maison - Jemappes - Désagréable - Programmatrice - Pardon - Refusé - L’homme de ma vie - Mons - Ruptures - Party - House - Unpleasant - Programmer - Forgiveness - Refused - The man of my life - Catherine Ferry - Bonjour Bonjour - Vivre avec la musique - Andy Scott