18 tagged articles 1986

La réponse de Balavoine à la montée du Front National 07/10/2016

La réponse de Balavoine à la montée du Front National
 
The answer of Balavoine to the rise of the National Front.
 
L'aziza - Issue de son dernier album, la célèbre chanson de l'interprète de Mon fils, ma bataille fut écrite en réponse aux idées véhiculées par le parti présidé par Jean-Marie Le Pen à la veille des élections de 1986.
La montée du vote extrême droite délie les langues, et l'on se réjouit quand ce sont celles des artistes. Depuis ses débuts, le grand vainqueur des dernières élections régionales est combattu à grand renfort de chansons.
Il y a eu Fils de France écrite par Damien Saez en quelques heures au soir du 21 avril 2002, Elle est facho chantée par Renaud à la veille des présidentielles de 2007, et, dernière en date, Le Vol Noir de Benjamin Biolay après le scrutin européen de 2014.
 
Le phénomène n'est pas nouveau. Il y a 30 ans, Daniel Balavoine laissait éclater sa révolte en musique, avec un titre désormais inscrit au panthéon de la variété française.
Nous sommes en 1985, sous la présidence socialiste de François Mitterrand. Appliquant l'une de ses 101 propositions de campagne, le chef de l'État en exercice promet un vote à la proportionnelle intégrale pour les législatives de 1986. Ces élections profitent largement au Front national. Heurté par le climat politique ambiant et l'avènement progressif du parti de Jean-Marie Le Pen, l'artiste familier des coups d'éclats médiatiques prend la plume durant l'été 1985 en Écosse pour écrire ce qui sera l'un de ses derniers et plus grands succès. L'Aziza sort dans les bacs le 14 octobre 1985. Premier extrait de l'album Sauver l'amour, le single s'apprête à gravir les échelons du Top 50.
 
Un hymne à la diversité primé par SOS Racisme
Pour l'adolescent qui se rêvait député, la scène musicale est devenu un terrain idéal pour participer au débat politique. Plus qu'une chanson protestataire, ce titre se veut un hymne à la diversité. Didier Varrod, biographe de Daniel Balavoine, évoquera «un cri spontané», qui lui vaut d'ailleurs de recevoir le prix de la chanson anti-raciste des mains d'Harlem Désir. Pourtant, le chanteur disque d'or se défend de vouloir verser dans la caricature ou tancer les opposants de SOS Racisme. C'est lui qui déclare à Numéros 1, lors de la Fête des potes, «Moi, je ne suis pas contre Le Pen. Moi, je suis pour les Arabes. Ce n'est pas pareil!». Dans une interview à Paris Match, l'auteur-compositeur déclare préférer célébrer «la beauté des races, leur différence». Pour simple réponse à ceux qui stigmatisent les étrangers, Daniel Balavoine signe un texte contre les préjugés racistes et pour le respect des cultures. «Laisse glisser les mauvais regards, qui pèsent sur toi», chante Daniel Balavoine à la «petite brune enroulée d'un drap».
 
Sa femme, sa bataille
Avec L'Azizala chose la plus chère» en langue arabe-, le chanteur à la voix de cristal s'adresse aussi à sa compagne Corinne. Ce que relate Fabien Lecoeuvre dans Balavoine, la véritable histoire : «Je vis avec une femme qui est juive marocaine. Aussi lorsque j'entends certaines personnes dire qu'il faut foutre dehors les immigrés, j'ai peur qu'on me l'enlève».
Militant et engagé, Daniel Balavoine l'a été à la scène comme à la ville. C'est au cours d'une mission humanitaire «Paris du c½ur» au Mali qu'il trouve la mort le 14 janvier 1986 dans un accident d'hélicoptère. Quinze jours après sa disparition, son tube L'Aziza ravit la première place du Top 50 pour y demeurer huit semaines consécutives.

Tags : Balavoine - Front national - racisme - Mitterand - SOS racisme - 1986 - Hymne - Fête des potes - L’Aziza - Bataille - National Front - racism - ANTI-RACIST ORGANIZATION - on 1986 - Hymn - Party - Holiday - of the buddies - The Aziza - Battle - Jean-Marie Le Pen - François Mitterrand - arabes - Didier Varrod - Fabien Lecoeuvre

La nouvelle affiche de Février 1986 sur MELODY le 10 & 12 Juin 2016 (Emotion de Michel Berger lorsque qu'il évoque son ami Daniel Balavoine) 03/06/2016

La nouvelle affiche de Février 1986 sur MELODY le 10 & 12 Juin 2016 (Emotion de Michel Berger lorsque qu'il évoque son ami Daniel Balavoine)
 
The new poster of February 1986 on MELODY 10 & 12 June 2016 (Emotion of Michel Berger when what it evokes his friend Daniel Balavoine).
 
La nouvelle affiche - Spécial MIDEM. Dans le Palais des Congrès de Cannes, à l'occasion du MIDEM, défilé des jeunes espoirs des variétés parrainés par les aînés, Jean-Jacques GOLDMAN et Michel BERGER. Émission présentée par Julien LEPERS.
 
A SAVOIR :  Une certaine émotion incontrôlée de Michel Berger lorsque qu'il devra évoquer l'absence de son ami Daniel Balavoine disparu 15 jours plus tôt Ne pouvant finir par le chagrin récent et douloureux. Il cèdera son micro à Jean-Jacques Goldman qui évoquera à sa place Daniel.
 
Site de MELODY TVhttp://www.melody.tv/

Artistes présents dans cette émission
Jean-Jacques GOLDMAN et Michael JONES: "Je te donne"
Michel BERGER: "Si tu plonges"
Marc LAVOINE: "Les yeux révolver"
Jeanne MAS: "Johnny, Johnny"
LES BILL BAXTER: "Embrasse-moi idiot"
BIBIE: "Tout doucement"
Vivien SAVAGE: "C'est qu'le vent"
Serge GUIRAO: "Fascination"
Jesse GARON: "Carole"
Daniel BALAVOINE: "L'Aziza"
 
Dates de diffusion de l'émission sur la chaîne Melody : 10 Juin 2016 à 20h44 & 12 Juin 2016 à 10h04

Tags : La nouvelle affiche - Janvier 1986 - Février 1986 - Spécial MIDEM - MIDEM - Emotion - Michel Berger - Jean-Jacques Goldman - Ami - Disparu - Palais des Congrès - Cannes - Absence - Chagrin - Douloureux - Chaine - Melody - L’Aziza - The new poster - in January - 1986 - February - Special MIDEM - Friend - Missing person - Despondent - Painful - Chain - Channel - Aziza

"Dans la soirée, vers 19h mon père avait entendu qu'il écoutait du Jeanne Mas" (Pascal W.) 30/06/2015

"Dans la soirée, vers 19h mon père avait entendu qu'il écoutait du Jeanne Mas" (Pascal W.)
In the evening, at about 7 pm my father had heard understood that he listened to of Jeanne Mas"

Ci-dessous, témoignage de Décembre 2014 d'un internaute dont sont père à croisé le chanteur Daniel Balavoine à la veille de sont décès. Le 13 janvier 1986.

"Mon père, agronome au programme FAO au Niger, était voisin de la chambre de Daniel à l'hôtel Gaweye, le 13 janvier 86. Bien sûr, il savait que c'était une vedette, mais il avait plutôt d'autres gouts musicaux, à 50 ans à l'époque. Daniel était très courtois, bavard, et aimable. Daniel avait parlé un peu avec lui du programme FAO.il semblait intéressé. Dans la soirée, vers 19h mon père avait entendu qu'il écoutait du Jeanne Mas. Il connaissait comme ça. Daniel avait demandé si ça ne dérangeait pas, comme c'était dans la soirée. Ce n'était pas un problème. Par contre, c'était dur pour mon père quand il avait appris dans la semaine l'accident au Mali."

Article similaire de Juillet 2014 :

"On dormait dans le même hôtel que Daniel Balavoine, à Niamey. La veille de rentrer, il nous a payé un coup. Le lendemain, il était mort. "(Pascal Paturaud)

Tags : Daniel Balavoine - Balavoine - Hotel - Niamey - Gaweye - 13 Janvier - 13 Janvier 1986 - Janvier 1986 - Père - écoutait - Jeanne Mas - Appris - Accident - Mali - in January 13th - January 13th - 1986 - January - Father - listened to - Learnt

La nouvelle affiche de Février 1986 - Spécial MIDEM du 5 au 25 Juin 2015 sur MELODY (Emotion de Michel Berger sur son ami disparu) 30/05/2015

La nouvelle affiche de Janvier 1986  - Spécial MIDEM du 5 au 25 Juin 2015 sur MELODY (Emotion de Michel Berger sur son ami disparu) - Merci à MELODY TV pour leur aimable autorisation
 
 The new poster of January, 1986 - Special MIDEM from 5 till 25 June 2015 on MELODY (Emotion of Michel Berger on his disappeared friend)

La nouvelle affiche - Spécial MIDEM. Dans le Palais des Congrès de Cannes, à l'occasion du MIDEM, défilé des jeunes espoirs des variétés parrainés par les aînés, Jean-Jacques GOLDMAN et Michel BERGER. Émission présentée par Julien LEPERS.
 
A SAVOIR :  Une certaine émotion incontrôlée de Michel Berger lorsque qu'il devra évoquer l'absence de son ami Daniel Balavoine disparu 15 jours plus tôt Ne pouvant finir par le chagrin récent et douloureux. Il cèdera son micro à Jean-Jacques Goldman qui évoquera à sa place Daniel.
 
Site de MELODY TVhttp://www.melody.tv/

Artistes présents dans cette émission
Jean-Jacques GOLDMAN et Michael JONES: "Je te donne"
Michel BERGER: "Si tu plonges"
Marc LAVOINE: "Les yeux révolver"
Jeanne MAS: "Johnny, Johnny"
LES BILL BAXTER: "Embrasse-moi idiot"
BIBIE: "Tout doucement"
Vivien SAVAGE: "C'est qu'le vent"
Serge GUIRAO: "Fascination"
Jesse GARON: "Carole"
Daniel BALAVOINE: "L'Aziza"
 
Dates de diffusion de l'émission sur la chaîne Melody

Vendredi 05 juin 2015 : 20h45 - Samedi 06 juin 2015: 18h00 - Dimanche 07 juin 2015 : 10h15 - Mardi 09 juin 2015 : 07h50 -Lundi 15 juin 2015 : 18h00 - Jeudi 18 juin 2015 : 12h20 - Jeudi 25 juin 2015 : 15h00

Tags : La nouvelle affiche - Janvier 1986 - Février 1986 - Spécial MIDEM - MIDEM - Emotion - Michel Berger - Jean-Jacques Goldman - Ami - Disparu - Palais des Congrès - Cannes - Absence - Chagrin - Douloureux - Chaine - Melody - L’Aziza - The new poster - in January - 1986 - February - Special MIDEM - Friend - Missing person - Despondent - Painful - Chain - Channel - Aziza

Crash de Dropped ; L'accident qui en rappelle un autre 11/03/2015

Crash de Dropped ; L'accident qui en rappelle un autre

Le crash survenu lundi en Argentine rappelle l'accident survenu en 1986 lors du Paris-Dakar, avec la disparition de Daniel Balavoine et Thierry Sabine.

« Quand j'ai vu l'info, ce matin vers 8 heures, j'ai eu un flash, raconte Yann Bessoule, journaliste à Ouest-France. Et je suis brutalement revenu trente ans en arrière. » 
Impossible de ne pas y penser. L'annonce du crash d'hélicoptère survenu en Argentine, avec la mort de dix personnes, dont trois sportifs réputés - Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine –, a tristement et immanquablement rappelé celui survenu en marge du Paris-Dakar 1986, entraînant la disparition du chanteur Daniel Balavoine et de l'organisateur de l'épreuve, Thierry Sabine.
 
L'appareil tente de suivre les feux arrière d'un 4x4
« A l'époque, je dirigeais le Centre de presse du Paris-Dakar, au Palais des Sports à Paris, raconte Yann. On était une petite équipe en charge de faire circuler l'info, de produire des textes, de donner les classements. »
Au soir du 14 janvier 1986, la 8e édition du célèbre en est à son 14e jour de course, au Mali. Dans l'obscurité, l'hélicoptère blanc de l'organisation, un AS350 Ecureuil  survole le désert.
Suite à plusieurs contretemps et à des changements de passagers (Patrick Poivre-d'Arvor aurait ainsi pu se trouver à bord, laissant sa place à une consoeur Nathaly Odent du Journal du Dimanche), l'appareil se pose deux fois, redécolle, tente de suivre les feux arrière d'un 4x4 qui lui ouvre la route. Et s'écrase sur une dune à cinq minutes du bivouac ...

« Je suis réveillé par un coup de téléphone »
« Cette nuit-là, poursuit Yann, j'avais terminé tard, vers 2-3 heures du matin. A 6h30, je suis réveillé par un coup de téléphone. C'est Annie, qui travaillait avec moi. "Il y a eu un accident d'hélico", me dit-elle. Un silence. "Il y a cinq morts, dont Thierry Sabine et Daniel Balavoine". Autrement dit, l'organisateur du rallye et l'un des chanteurs les plus médiatiques en France ».
« J'ai filé au Centre de presse, poursuit Yann. Et vers 8 heures, devant une foule de journalistes, j'ai officiellement annoncé le drame ».

Et les noms des cinq victimes : outre Daniel Balavoine et Thierry Sabine, donc, le pilote de l'hélico François-Xavier Bagnoud, la journaliste du Journal du dimanche Nathalie Odent et le technicien radio de RTL Jean-Paul Le Fur.
« Le retentissement a tout de suite été énorme, l'émotion, colossale. A l'époque, Thierry Sabine était très médiatisé, controversé, aussi – le Paris-Dakar, qui faisait l'objet d'émissions spéciales, de reportages, avait aussi des détracteurs. Et Daniel Balavoine était un chanteur en pleine ascension, qui plus est engagé politiquement, militant. » 

« La polémique commençait déjà à enfler »
Cette année-là, le chanteur ne participait pas à la course (il avait concouru lors des éditions 1983 et 1985), mais s'occupait de l'action humanitaire « Paris du c½ur » qui visait à installer des pompes à eau hydrauliques dans des villages africains en profitant de la logistique du rallye.
« Le lendemain soir, avec deux ou trois personnes de la société Thierry Sabine Organisation, nous avons été invités à l'émission de fin de journée d'Elkabach, sur Europe 1. Et la polémique commençait déjà à enfler. Qui était responsable ? La sécurité était-elle bien assurée ? L'hélicoptère était-il en état de voler ? Quoi qu'il en soit l'émotion était encore présente. Et Elkabach m'a même appelé Yvan Boussole ». 

Tags : Crash - Dropped - Accident - Florence Arthaud - Yann Bessoule - Patrick Poivre-d’Arvor - François-Xavier Bagnoud - Nathalie Odent - Jean-Paul Le Fur - Argentine - Collision - Hélicoptère - Péri - Camille Muffat - Alexis Vastine - Inexplicable - Difficile - Expliquer - Télé réalité - Télé-réalité - Flash - Brutalement - immanquablement - tristement - Rappel - Paris-Dakar 1986 - 14 janvier 1986 - Janvier 1986 - Paris-Dakar - Daniel Balavoine - Thierry Sabine - Paris du c½ur - Suivre - feux arrière - 4x4 - AS350 Ecureuil - Survivant - Mali - cinq morts - Mort - Passagers - passager - Patrick Poivre d'Arvor - Argentina - Helicopter - Died - difficult - to Explain - Reality TV - Brutally - inevitably - sadly - Reminder - Abseiling - to To follow - rear lights - AS350 squirrel - Survivor - five deaths - Death - Dead man Passengers - passenger - In January 14th - 1986 - January

« Je me suis retrouvé chez lui, avec T.Sabine, sa femme Suzanne, Daniel, son épouse "l'Aziza" et leur bébé » (Roger Kalmanovitz) 18/02/2015

« Je me suis retrouvé chez lui, avec T.Sabine, sa femme Suzanne, Daniel, son épouse "l'Aziza" et leur bébé » (Roger Kalmanovitz)
 
Le repos éternel de nos morts mérite le respect de notre ville (San Juan, 2011) - Voir Photo
 
Sabine, Balavoine... Au fil des ans, leur empreinte s'efface dans le sable mouvant. Tous les cris, les SOS n'y changent rien. Il n'y a plus grand monde aujourd'hui sur le rallye à avoir connu l'époque dorée de l'épreuve dans les années 80 et jouer les Vendeurs de larmes. Au sein du staff d'ASO, l'organisateur du Dakar, il n'en reste même qu'un pour faire le trait d'union entre les âges et les continents et entendre encore clairement les SOS d'un terrien en détresse ou Ne me laisse pas m'en aller:
 
Roger Kalmanovitz, 68 ans, l'homme de l'ombre et des missions délicates depuis 33 ans. "Pour moi, le Dakar a écrit trois livres, m'expliquait-il. Le premier, jusqu'en 1986, s'intitule Thierry Sabine. Le second Gilbert Sabine (NDLR: son père), ASO et la continuité. Le troisième s'appelle l'Amérique du Sud." Loin de l'Afrique, loin des yeux de l'Occident, loin du coeur... Où l'on vient capter des ondes venues d'un autre monde. "C'est vrai qu'en Argentine et au Chili ce n'est plus pareil. Il y a pourtant quelque chose de Thierry Sabine dans ce Dakar, poursuit Kalmanovitz.
 
En juin 1985, à la Porte de Versailles, devant la presse et des invités, il présentait son projet de Transaméricaine. C'est à dire qu'il avait déjà jeté les bases d'un Dakar en Amérique du Sud." Ces petits riens qui n'en sont pas. Kalmanovitz garde de Balavoine le souvenir de son 33e anniversaire, le 5 février 1985. "Il m'avait fait l'honneur de m'inviter et je pensais passer la soirée dans une boîte de nuit pleine de people, se souvient-il. Finalement, je me suis retrouvé chez lui, avec Thierry Sabine, sa femme Suzanne, Daniel, son épouse "l'Aziza" et leur bébé. Tout simplement. C'était un grand moment." Mais que restera-t-il des disparus du 14 janvier 1986 dans cinq ans ? Sans doute quelque chose entre la porte est close et c'est fini...
 
MÉMOIRE DE ROGER KALMANOVITZ :
Roger Kalmanovitz y a tout fait, de la logistique au chronométrage, en passant par le ravitaillement en carburant. Et s'est vite spécialisé, comme assureur, sur la sécurité en organisant le dispositif médical. «1983 fut un tournant dans ma vie. Thierry Sabine m'a confié la négociation des contacts africains. Je suis tombé amoureux de l'Afrique. J'ai rencontré Sékou Touré, des personnages immenses, quelles que soient leur ethnie, idéologie voire leur absence de démocratie
Quand Thierry Sabine meurt, en 1986, son père, Gilbert, reconduit Roger Kalmanovitz dans ses fonctions. Jean-Claude Killy, président d'ASO, aussi, avec chaque fois plus d'attributions. «Je partage le bureau d'Auriol à Issy-les-Moulineaux. Je suis consultant pour l'ensemble du groupe. Jean-Marie Leblanc m'a confié les démarches pour le Tour du Faso ou celui du Qatar. ASO fait aussi dans le golf. Si je rencontre André Azoulay, consultant du roi, pour le Dakar, je peux lui parler aussi des projets du groupe dans le golf au Maroc
Roger Kalmanovitz ne sait pas pourquoi le Dakar marche encore : «Cela ne fait plus rêver.» A moins que les dangers géopolitiques qui ont rendu l'Afrique moins ouverte depuis dix ans n'aient aidé à renouer avec l'aventure. Risque d'attentats du GIA algérien comme en 2000, guérilla touarègue ou conflit sahraoui, ces données ont bouleversé les parcours, obligeant à un pont aérien en 2000. «En 1991, au nord du Mali, on a eu un concurrent mort par balle. Le Quai d'Orsay s'est intéressé de plus près au Dakar. On bénéficie désormais de leurs analyses

Tags : Sabine - Daniel Balavoine - Tous les cris - les SOS - rallye - les années 80 - Vendeurs de larmes - d'ASO - ASO - SOS d'un terrien en détresse - Ne me laisse pas m'en aller - Roger Kalmanovitz - Kalmanovitz - 1986 - Thierry Sabine - Gilbert Sabine - l'Amérique du Sud - loin des yeux de l'Occident - Dakar - argentine - chili - Porte de Versailles - Transaméricaine - Ces petits riens - Balavoine - 5 février 1985 - l'Aziza - 14 janvier 1986 - la porte est close - c'est fini - Jean-Claude Killy - Auriol - André Azoulay - Jean-Marie Leblanc - GIA algérien - touarègue - sahraoui - nord du Mali - concurrent mort par balle - mort par balle - Quai d'Orsay

Quand le rallye était aussi un événement people 03/02/2015

Princesse, chanteurs, acteurs, stars du petit écran ou vieilles gloires du sport:
 
La princesse de Monaco, Michel Sardou, Claude Brasseur ou encore Raymond Kopa et Jacques Anquetil: dans les années 80, le Dakar est un lieu fréquenté. Et le luxe parisien cohabite avec le fesh fesh africain, en témoigne "Jules", la Rolls Royce labellisée par Christian Dior pour la promotion de son dernier parfum.
 
Yves Régnier, alias le Commissaire Moulin, Chantal Nobel, l'héroïne de la série Chateauvallon, ou encore Evelyne Dheliat, speakerine pas encore passée à la météo: la télé aime se montrer sur le Dakar.
Tout comme les chanteurs, qui seront nombreux à participer: Daniel Balavoine le premier, concurrent dès 1983 avant de disparaître dans un accident d'hélicoptère avec le fondateur du rallye, Thierry Sabine, en 1986.
 
Puis Sardou, comme copilote du pilote de Formule 1 Jean-Pierre Jabouille, Gérard Lenorman, comme copilote également, ou encore Johnny Hallyday, pilote par contre, en 2002. L'occasion pour Johnny de lâcher une de ses phrases choc: "Si on n'avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart!" (Voir lien ci-dessous)
 
Les marins navigateurs
Caroline de Monaco et son frère le prince Albert, lui en voiture, elle en camion: en 1985, c'est le gotha mondain qui fait son apparition. Sans faire autant de bruit qu'un certain Mark Thatcher, le fils de Margaret "la dame de fer", disparu pendant six jours dans le sahara, trois ans plus tôt.
Dès 1980 et le rameur Gérard d'Aboville, les grands noms du sport vont aussi se frotter aux dunes africaines. Kiki Caron, vice-championne olympique de natation en 1964, ou le Suisse Bernhard Russi, champion olympique de descente en 1972, tous les deux en 1983.

Des cyclistes, du quintuple vainqueur du Tour Jacques Anquetil en 1986 sur Mercedes à Frédéric Moncassin en 2001 sur une KTM, des footballeurs, comme Raymond Kopa (1985) ou le sélectionneur Michel Hidalgo (1991), une judokate championne olympique, Marie-Claire Restoux (1998): le monde du sport est attiré par le défi.
Mais ce sont les marins et les skieurs qui ont été les plus nombreux ou les plus en réussite sur les pistes du Dakar. Victoire en 2006 pour Luc Alphand, après ses cinq Globes de cristal en ski, et deux top 10 pour Guerlain Chicherit, ancien champion du monde de ski extrême et encore au départ du Dakar cette année.
Du côté des "voileux", ils ont été nombreux au départ: Loïck Peyron ou Laurent Bourgnon, deux vainqueurs de la Route du Rhum, mais aussi Alain Gabbay, Lionel Péan ou Philippe Monnet. Comme navigateurs (co-pilotes) le plus souvent !
Mais Johnny Hallyday a sans doute été le dernier vrai "people" à se frotter au Dakar, un rallye désormais réservé aux vrais amateurs de la spécialité.

Pour David Castera, directeur sportif du Dakar, l'éloignement du rallye depuis sa délocalisation forcée en Amérique du Sud a sans doute joué. Ainsi que l'image du sport automobile, pas forcément tendance: "Mais peut-être que quand il y aura plusieurs voitures électriques, ils reviendront !", 
 
«Si on n'avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart!» Johnny Hallyday en 2002
https://www.youtube.com/watch?v=iEmi4FEj9Yw

Tags : La princesse de Monaco - Michel Sardou - Claude Brasseur - Raymond Kopa - Jacques Anqueti - Yves Régnier - Commissaire Moulin - Chantal Nobel - Chateauvallon - le Dakar - Daniel Balavoine - accident d'hélicoptère - Thierry Sabine - 1986 - 14 Janvier 1986 - Sardou - Gérard Lenorman - Jean-Pierre Jabouille - Johnny Hallyday - Caroline de Monaco - prince Albert - Mark Thatcher - Margaret - Gérard d'Aboville - dunes africaines - Kiki Caron - Bernhard Russi - Jacques Anquetil - Frédéric Moncassin - Christian Dior - Michel Hidalgo - Marie-Claire Restoux - Dakar - Luc Alphand - Guerlain Chicherit - Loïck Peyron - Laurent Bourgnon - la Route du Rhum - Alain Gabbay - Lionel Péan - Philippe Monnet - people - David Castera - Amérique du Sud

France Gall évoque les blessures du passé : "Ma fille a disparu et plus rien n'avait de sens" 07/01/2015

France Gall est revenue dans l'hebdomadaire Gala sur l'arrêt de sa carrière de chanteuse avant ses 50 ans dans les années 1990. L'ancienne complice de Michel Berger évoque la mort de sa fille Pauline, qui l'a poussée à se retirer de la scène médiatique.

La vie de France Gall, âgée de 67 ans aujourd'hui, a été jalonnée de drames. Après la mort de son grand ami Daniel Balavoine sur le Paris-Dakar en 1986, la chanteuse française a perdu son mari et mentor Michel Berger, mort d'une crise cardiaque en 1992. Alors qu'elle s'était plongée dans le travail pour surmonter cette douleur, France Gall a ensuite vu sa jeune fille Pauline, alors âgée de 19 ans, emportée par la mucoviscidose en 1997.
Cette épreuve a marqué la fin de sa carrière "à 49 ans et demi" comme elle le précise dans l'hebdomadaire Gala cette semaine (Voir Photo), avant de revenir sur cette période difficile : "Ma fille était malade, ma fille a disparu et donc plus rien n'avait de sens. Plus rien n'était comme avant. Il fallait être heureux pour chanter." France Gall ne réenregistra plus de nouvel album et France, sorti en 1996, restera son dernier fait d'armes derrière le micro..
 
Un rôle inédit dans sa comédie musicale

Sur cet opus, on y retrouve la chanson Résiste, qui sera le titre de la prochaine comédie musicale qu'elle a écrite en hommage à Michel Berger. "C'est beaucoup plus dur de choisir des chansons. On est porté par le plaisir de réécouter et de donner au public la musique de Michel. Dans ce spectacle, je vais passer le relais. C'est un bonheur pour moi", avait souligné avec le sourire l'artiste dans le journal de 20 Heures de Gilles Bouleau.
 
La première aura lieu le 4 novembre 2015 prochain à Paris et les spectateurs pourront retrouver France Gall sur scène dans un rôle inédit. Elle sera la narratrice filmée du spectacle.
Et si ce retour sur scène lui donnait envie de rechanter ? "Aujourd'hui, je n'ai plus la même énergie. Je n'ai pas peur que les gens ne viennent pas, j'ai peur de ce que je pourrais leur proposer. Cela me demanderait un travail infini de remettre la machine en route. Mais évidemment tout est possible. C'est bien pour ça que je ne dis pas que je ne chanterai plus jamais", répond France Gall.
 
Voir l'interview de Frange Gall sur le Journal télévisé de 20h00 présenté par Gilles Bouleau le 10 decembre 2015 concernent sont spectacle "Résiste" :  http://www.wat.tv/embedframe/161127chuPP3r11998147

Tags : France Gall - Daniel Balavoine - Paris-Dakar - 1986 - mentor - Michel Berger - 1992 - Pauline - mucoviscidose - Fille - malade - crise cardiaque - rôle inédit - comédie musicale - Résiste - Hommage - spectacle musical - spéctacle - spectacle - Gilles Bouleau - Paris - 4 novembre 2015

La stèle des occupants du Paris Dakar détruit par des Salafistes 15/11/2014

La stèle des occupants du Paris Dakar détruit par des Salafistes
 
Plusieurs blogueur se sont manifesté sur le site entre Juin et Juillet 2014 afin de témoigné ou d'évoqué la stèle souvenir de Gourma-Rharous qui fut poser en mémoire de Thierry Sabine particulièrement et de Daniel Balavoine, Nathalie Odent, Jean-Paul Le Fur, François Xavier Bagnoud disparus sur ces lieu en 1986. Certain commentaires laisse froid dans le dos, lisez par vous-même !
 
Le 16/06/2014
Depuis le passage des Salafistes, il doit y avoir deux ans, il y a plus rien. Ce n'est pas qu'ils n'aiment pas les morts, mais un monument, surtout de culture occidentale, est assimilé à de l'idolâterie, donc le tout fut explosé à explosif, et reste rasé au buldozzer.Cousin de Gourna me l'a dit.
 
Le 18/06/2014
Une partie de ma famille est du village de Kussé-Kindal, non loin de l'accident. Ayant des nouvelles, on m'a dit qu'il n'y a plus rien. Les salafistes ont tout détruit. Ça laisse place à une grande plaine. Pour l'accident, on raconte sur place que le rotor a heurté un arbre. Perdant l'équilibre, et tournant sur lui-même pendant 3 tours rapides, il a ensuite heurté par rotor une dune, pour avancer et faire "broum!" grand bruit sec. Sinon, l'endroit était très calme à l'époque. Pas de complot en vue. En plus, il y avait un défilé de voitures du rallye, peut-être les 30 dernières, dont certaines n'ont rien vues, ni entendues, à part les voitures en face de l'hélico, et les 3 derrières. (Mustapha G.)
 
Le 02/07/2014 
Le lieu est trouvable par GPS, et de plus, il est connu des gens du coin. Au Mali, un cimetière ne se visite pas, et on situe la tombe là où la mort est arrivée. L'esprit marque de son empreinte le lieu, il y a des croyances locales. C'est comme les accidentés de la route, et les histoires de dames blanches, les lieux sont fleuris. Moi j'y crois à ça, le mort est là où il est mort, du moins, pour un moment. En islam des origines et Mali, pas de monument, pas de statue, l'endroit doit être libre. Souvent, certains posent une petite pierre, par respect pour le ou les défunt(s). C'est plus joli, plus poétique qu'une dalle en béton armé. Au Mali, quand on parle d'un mort, on ne va pas au cimetière. On parle de la vie et du défunt comme si il n'était pas loin. Daniel est à Gourna; c'est plutôt spirituel. (Boubakar)

Le 04/07/2014
la stéle à été enlevée car elle n'était pas conforme à la religion. Salaf = ce qui est vrai, des origines. la vérité. Une stéle est offense à la religion, car c'est adorer chaytan (satan), il n'y a qu'un lieu ou prier : mosquée. le reste, c'est tout juste bon à être détruit. (Ahmed)
 
Le 05/07/2014
Balamed ne comprend décidément rien : pour les salafistes, il ne faut pas de lucre, pas de décoration, pas de stéle, car c'est assimillé à se détrourner de Allah le tout puissant et être idolâtre. c'est valable pour d'autres musulmans, dont les chaféites. c'est pas qu'ils ont quelque chose contre les 5, c'est juste qu'il faut respecter la religion et croyances. Non, je ne suis pas salafiste...Pfff !!! (Ahmed) 

Article similaire : 
Gourma-Rharous ; Lieu de L'accident, 25 Ans Aprés.
Daniel Coupy à Gourma-Rharous sur les Lieux de L'accident : "L'ensemble des pièces de l'hélico avaient été pillées"

Tags : Gao - Burkina Faso - Salafiste - Stèle - détruit - Thierry Sabine - Daniel Balavoine - doctrine - mort - occidental - monument - rasé - accident - Paris Dakar - Dakar - Hélicoptère - 1986 - arbre - rotor - Mali - jihad - Nathalie Odent - Jean-Paul Le Fur - François Xavier Bagnoud

Balavoine : Un livre de sa soeur Claire et Alain Marouani est prévu mi-octobre 2014 à la vente 20/09/2014

Témoignage en librairies de la soeur de Daniel Balavoine.

Pour les amateurs du chanteur Daniel Balavoine, disparu lors d'un accident en 1986 : un livre de sa soeur Claire et Alain Marouani est prévu mi-octobre 2014 à la vente.
 
Sa s½ur Claire nous raconte avec passion et émotion le fulgurant parcours de ce rebelle au grand c½ur, si protecteur, annoncent les éditions Flammarion.
 
"Passionné par l'automobile, il est aussi engagé et défend une jeunesse désorientée. Aux côtés de Thierry Sabine, il vient en aide aux pays africains et interpelle les politiques. « L'Aziza » en fera brillamment l'écho dans les médias.
 
Pour la première fois, Claire Balavoine nous offre en images l'intimité de ce chanteur indémodable qui nous a quitté bien trop tôt."
Livraison possible dès Septembre selon les fournisseurs & distributeurs

CARACTÉRISTIQUES

Titre : Daniel Balavoine
Date de sortie : 15/10/2014
Auteur(s) : Claire Balavoine, Alain Marouani
Traducteur(s) : Collectif
Éditeur : Flammarion
Collection : Arts Et Spectacle
Rayon : Musique / Autres Musique
Reliure : Broché
Nombre de pages : 192
ISBN / EAN : 978-2-08-133499-1 - 9782081334991
Format : 28 X 23
 
Source : http://editions.flammarion.com/Albums_Detail.cfm?ID=46651&levelCode=arts
Pré-commande Sur Amazon.fr : http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2081334992/editionsflamm-21
Pré-commande sur Fnac.fr : http://livre.fnac.com/a7302157/Claire-Balavoine-Daniel-Balavoine

Tags : Thierry Sabine - L'Aziza - Daniel Balavoine - Claire Balavoine - Alain Marouani - Flammarion - Livre - Accident - 1986 - Images - intimité - Chanteur - Indémodable - écho