"Joana Balavoine Mon père, ma fierté" Extrait de PARIS MATCH du 17 décembre 2015

Joana Balavoine Mon père, ma fierté
 
Elle est née cinq mois après la mort du chanteur. Pour la première fois, Joana Balavoine parle. Exclusif
La fille de Daniel Balavoine, Joana, est venue au monde quelques mois après sa mort brutale. A l'occasion du trentième anniversaire de cette disparition, elle a décidé de parler de lui, pour la première fois, dans un documentaire-­événement qui lui est consacré : « J'me ­présente, je m'appelle Daniel ». Pour Paris Match, elle revient en exclusivité sur les raisons de sa confession.
 
A lire aussi: Didier Varrod: “Lorsque Balavoine était en vie, je n'avais pas peur”

Paris Match. Joana ­Balavoine... Pourquoi n'as-tu pas gardé le nom de ta mère ?
Joana Balavoine. C'est une belle ­histoire que ma maman m'a expliquée à l'adolescence. Je suis née en juin 1986, mon papa est mort cinq mois avant... Et, naturellement, comme ils n'étaient pas mariés, je portais le nom de ma mère. Sauf qu'elle a souhaité, tout de suite après ma naissance, que je puisse aussi porter le nom de mon père. Notre avocat, Sylvain Jaraud, a engagé à ma naissance une ­procédure judiciaire pour me faire reconnaître post mortem par mon père et, donc, pour porter son nom... Il a fallu faire des démarches administratives un peu fastidieuses, qui finalement ont abouti. En effet, juste avant sa disparition, papa avait plusieurs fois annoncé à des médias que maman était enceinte, ce qui attestait ainsi de la véracité des faits. C'est donc grâce aux journaux que je porte mon nom. [Rires.] Et, effectivement, sur mon acte de naissance, il y a le nom de jeune fille de ma mère qui est barré et Balavoine inscrit juste à côté. C'est une jolie histoire.

Jean-Jacques Goldman, un héros si discret
Et tu n'as jamais eu envie de renoncer à ce nom célèbre ?
Dans ce nom, Balavoine, il y a l'idée de se battre. Et il y a la voix. Si on va plus loin, on peut même y lire qu'il va falloir avoiner. [Rires.] Pourquoi je changerais un tel étendard ? Ça donne des ailes.
 
"A FORCE D'ÉCOUTER LES GENS ME PARLER DE MON PÈRE, J'AI ­REGARDÉ SES INTERVIEWS ET J'AI DÉCOUVERT SES CHANSONS..." JOANA BALAVOINE
A quel moment as-tu réalisé que tu étais la “fille de” ?
Je n'avais pas de papa. Enfin, ce n'était pas tout à fait vrai... J'avais un papa qui n'était pas là, et j'ai compris que ce n'était pas normal d'avoir juste une maman. Progressivement, je me suis retrouvée en lui. A force d'écouter les gens m'en parler, j'ai ­regardé ses interviews et j'ai découvert ses chansons...
 
« Génération Balavoine », par Didier Varrod, éd. Fayard.DR
Je me suis dit : “Bizarre, il y a un peu de moi là-dedans.” Et puis un jour un ami m'a remis un bouquin avec ses textes. C'est le poids de ses mots qui m'a traversée, la manière dont il les avait choisis, leur puissance percussive et la force des messages qui ricochent encore aujourd'hui.

Mais à quel moment as-tu vraiment pris conscience de son absence ?
Spontanément, je dirais que c'est à la mort de Michel Berger. J'avais 6 ans. D'un seul coup, des gens que j'aimais n'avaient plus de papa non plus. [Silence.] ...
Découvrez la suite de cet entretien dans Paris Match dans tous les kiosques jeudi 17 décembre 2015
 
Daniel Balavoine: Le témoignage touchant de sa fille !

Liens
https://www.youtube.com/watch?v=r9TfMxBvQ6Aiens 2

Tags : Joana Balavoine - mort brutale - J’me ­présente - je m’appelle Daniel - Didier Varrod - peur - Michel Berger

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.158.199.217) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Farid

    22/12/2015

    Daïe ! daïe l'héritage !!!

  • BALAMED

    20/12/2015

    "Joana Balavoine Mon père, ma fierté" Extrait de PARIS MATCH du 17 décembre 2015

  • Visiteur

    18/12/2015

    Trop de gens irremplaçables disparaissent trop tôt

Report abuse